Maxime Leclerc-Gingras

Maxime Leclerc-Gingras

Préposé au bonheur des chiens

Durant 20 ans j’ai évolué simultanément dans le monde des communications/marketing et de la restauration. À titre de serveur et maître d’hôtel, j’ai eu la chance de travailler auprès d’établissements montréalais tels L’Express, La Chronique, Chez Laloux, alors qu’à titre de gestionnaire d’évènements et de communications j’ai multiplié les projets pour des organisations de tous ordres, dont le sommelier François Chartier et Hydro-Québec Laurentides. Une vie urbaine avec tous les excès que l’on peut s’imaginer…

C’était avant.

Avant une série d’évènements et de rencontres qui m’ont ouvert les yeux sur la vie que je menais. Une vie que j’aimais, mais qui était en « attente » de me réaliser réellement, comme si j’ignorais ce que je suis venu faire: apprendre et partager la nature! Je découvre le chien de traîneau, et ça y est, le déclic, je me retrouve là, à ma place où j’ai mis plus de vingt ans à me former pour y arriver!

Comme il n’existe pas d’école de chien de traineau, mon apprentissage a commencé, comme bien d’autres je crois, en allant voir des gens d’expérience, tantôt des gens sans histoire, tantôt des gens réputés. Le plaisir, la fascination, la nouveauté et toutes mes « méconnaissances » de l’univers canin m’ont détourner à ce moment de questions pourtant évidente et importante à propos de la qualité de vie des chiens.

Je voulais apprendre, je voulais comprendre. En l’absence de réponse satisfaisante sur le processus d’apprentissage du chien ou pourquoi et comment on réussit à lui faire faire tel ou tel comportement. Ou pourquoi il jappe comme ça ? Avec ma femme, mon associée, mon amour, on s’est donc mis à la recherche de formations. Celle des « maîtres-chiens » ne nous intéressait pas pour des raisons évidentes. Nous nous sommes alors tournés vers une formation d’intervenant en comportement canin auprès d’une sommité de l’entrainement en renforcement positif.

On a eu tout un choc. Après une dizaine d’années à oeuvrer pour différentes organisations dans le traîneau à chiens, on se disait que nous étions en droit de dire que l’on s’y connaissait en chiens. On s’est rendu compte que l’on ne connaissait que bien peu de chose. Un tout autre monde s’est ouvert à nous : le langage canin, les signaux d’apaisement, de nouvelles perspectives sur l’origine du chien, la gestion de comportements et sans parler du Ttouch qui nous amène complètement ailleurs.

On apprend, par démonstration, que l’agressivité découle de la peur, chez le chien comme chez l’homme, et ne révèle rien d’autre. On apprend à observer les effets sur le bien-être du chien du renforcement positif : le chien fait ce qu’on lui demande parce qu’il a une récompense vs le renforcement négatif: le chien fait ce qu’on lui demande pour éviter une punition, voir une correction.

Tout ça, c’est bien loin du concept de la hiérarchisation du loup, de la dominance. Et mes observations au fil des ans m’éloignent chaque jour de cette façon de faire. J’ai aujourd’hui un chenil toujours plus posé et des départs en traineau toujours plus calmes. Des chiens qui courent librement et qui reviennent quand on les appelle, nos clients ont accès à tous nos chiens en tout temps et habillent d’harnais eux-même les chiens. Les chiens respirent de plus en plus lentement, profondément, et sont de moins en moins stressés.

En parallèle, j’ai explorer l’univers du yoga jusqu’à en suivre une formation d’enseignant, ce qui m’a permis une réalisation pourtant évidente: Dans tous ce que les êtres vivant font, ils le font mieux en étant moins stressés.

Ma perspective est de placer l’intérêt du chien, qui n’a rien demandé à personne, avant le mien et je réussis à vivre en harmonie dans le respect des besoins de chacun. Sans bagarre, sans violence. Depuis nous suivons de près et expérimentons les travaux de Dr Joel Dehasse, Drs Ray et Lorna Coppinger, Karen Pryer, Turid Rugaas, Dr.Ian Dunbar, Jean Donaldson et d’autres encore.

J’ai le bonheur de vivre de ce qui me passionne, soit les chiens, la nature. J’espère vous inspirez à vivre vous aussi votre passion!

C’est avec joie, humilité et ouverture d’esprit que j’aimerais partager ma passion avec vous, si le coeur vous en dit.