Qu’est-ce qui fait courir les chiens de traîneau?

Est-ce que les chiens aiment faire du traîneau? C’est une question que l’on entend souvent. On se plaît à dire que si les chiens crient et hurlent à l’attelage et partent en trombe dès que l’on lève l’ancre, ils doivent bien aimer ça, sinon, ils refuseraient.

C’est une question dont on ne peut que tenter de répondre par déduction. Et la déduction peut varier selon qui donne la réponse. Je n’ai jamais entendu un « musher » dire que les chiens n’aiment pas ça et on entend plein de gens qui ne pratiquent pas ce sport prétendre que l’on abuse des chiens. Peu d’entre nous sont en mesure de connaitre les états d’âme des chiens, bien que…

Alors, qu’est-ce qui fait courir les chiens de traîneau?

Mon humble et imparfaite observation est la suivante:

  • La plupart des chiens aiment être en relation; chiens, humains, et même d’autre espèce animale
  • Courir est une activité intrinsèque
  • Courir permet de libérer l’énergie
  • Courir libère des hormones d’endorphine de dopamine, les hormones du bonheur, hautement addictives.
  • Chez l’humain, on appelle ça la drogue du « jogger »
  • Le chien est un animal résilient, volontaire, toujours prêt à tout, en tout temps
  • Le chien est un animal d’habitude; plus on répète le même geste, le même comportement, le même
  • parcours, plus il le fera sans qu’on lui demande

J’ai aussi observé:

  • Qu’aucun de mes chiens, une fois lâchés librement, ne court des dizaines et dizaines de kilomètres en ligne droite, en continu
  • Que certains aiment courir, mais n’aime pas tirer
  • Que ce n’est pas parce que le chien peut courir en traction que c’est bon pour lui
  • Que le chien n’a pas besoin de « tirer » dans sa vie, mais a surtout besoin d’être actif
  • Que le chien n’a pas choisi ce sport, comme il ne choisit rien de sa vie ou si peu

En résumé:

Besoin de courir et libérer de l’énergie + sécrétion d’hormones du bonheur + répétition de même geste = un chien qui veut participer!

Donc on peut penser que le chien cours d’abord parce que l’il le peut, parce que ça le libère (soulage) de son énergie et ensuite parce que ça lui fait du bien. Aussi parce que c’est « l’fun », parce qu’on est ensemble. D’une certaine façon, on met à profit le fait que le chien « doit » courir. C’est gagnant-gagnant!

Et plus mon chien a de l’énergie, plus ce sera facile, ainsi tout l’art du traineau à chiens réside en partie dans le bon choix du chien!

Attention à mon chien!

Pour plusieurs, le traîneau à chiens est un anachronisme archaïque dépassé qui relève de la cruauté animale. En effet, la ligne est mince entre la collaboration et l’exploitation et cela demande une vigilance constante.

Pour nous, c’est une activité patrimoniale liée au développement de notre pays, riche de 6000 ans d’histoire. C’est une occasion de vivre la nature de façon intime et viscérale.

Qui plus est, nous somme de l’avis que le traîneau à chiens est une excellente façon de répondre à plusieurs des besoins fondamentaux du chien, soit par la dépense physique de par la course, soit par l’activité cognitive qu’implique l’apprentissage des compétences nécessaires à la tâche complexe qu’est de courir en équipe, soit par la socialisation, le jeu, la sécurité, en plus de tous les soins nécessaires à leurs conditions d’athlètes.

Bien sûr que des gens abusent. Mais je présume de la bonne foi de mes collègues, de la même façon que je présume de la bonne fois des gens dans d’autres sports, d’autres occupations, d’autres métiers. Les conséquences de la maltraitance animale sont honteuses et inacceptables, mais on ne peut présumer que c’est la norme. Tous les Italiens ne sont pas des mafieux, tous les hommes ne sont pas des violeurs, tous les mushers ne pratique pas la cruauté animale.

Un engagement ferme

Pour nous aider à ne jamais perdre de vue que le traîneau à chien ne doit être pratiqué que de sorte à encadrer une des activités les plus naturelles du chien, soit de courir, et ce uniquement dans un esprit de collaboration et non d’exploitation nous nous sommes engagés publiquement à avoir et/ou fournir:

– Un permis du MAPAQ
– Un protocole d’entretien sanitaire affiché
– Un protocole d’exercice et d’activités pour l’année au complet affiché
– Des chiens vaccinés
– Un plan de contrôle de naissance
– Un plan de gestion de du cycle de vie complète du chien, de la naissance à la retraite, à l’euthanasie
– Des guides formés en comportement animal et en interprétations
– Programme de gestion de risque
– Une formation de premiers soins à jour pour l’humain, comme pour chien
– Fournir une formation sur l’approche sécuritaire des chiens
– Un suivi vétérinaire
– Un registre des chiens
– Un programme d’entrainement, d’éducation et de socialisation
– Un programme de gestion de comportement et de réduction du stress et de l’anxiété
– Un programme alimentaire adapté au besoin calorique quotidien qui tient compte de l’effort et de la température
– Une protection aux températures adéquate et correspondant aux caractéristiques de chaque chien: poils, sous poils, âge et conditions de santé
– Une police d’assurance adéquate
– Un service à la clientèle impeccable, du premier au dernier contact

Je ne peux jurer que toute la confrérie du traîneau à chiens fait exactement la même chose, mais je présume de bonne foi que ça ressemble ça et mieux encore.

[googleadb603eddad10e5d.html]