Les chiens de traineaux et la chaleur.

Les chiens, avec des muscles et tissus intensément vascularisés, un sang plein d’hémoglobine et une grande oxygénation ont de la difficulté à diffuser la chaleur. Ils sont excellents à bruler de l’énergie et à générer de la chaleur, mais sont très mauvais à libérer leur surplus de chaleur corporelle. Ils sont les pires mammifères en ce qui à trait à l’évacuer la chaleur corporelle.

Le graphique de stockage de chaleur montre que quand le poids augmente de plus de 20 kilos (45 lbs), les chiens ont des problèmes croissants d’évacuation de la chaleur. Et ce au repos. Si le chien se déplace, la charge thermique augmente rapidement. Un chien en course produit une quantité phénoménale de chaleur.

Les chiens, comme les humains sont homéothermes, ce qui signifie qu’ils doivent réguler leur température corporelle et maintenir une température optimale des cellules aux fonctions vitales.

Les cellules du cerveau humain fonctionnent à leur mieux à 37,2 Cesius. Si notre cerveau se refroidit à 34,4 C, nos cellules du cerveau arrêtent le processus de la réflexion. Les réactions chimiques du cerveau ne peuvent se produire à 34,4C. Au contraire, si les cellules du cerveau obtiennent quatre degrés plus chaud que 37,2 C, ils commencent l’envoi d’images étranges, et à 41,1 C les cellules du cerveau commencent à mourir.

La température normale pour un chien est 38,6C à 37C leurs cellules ne fonctionnent pas correctement. Si les cellules atteignent 44,4C, elles ont commencé à mourir.

Les humains seraient les meilleurs mammifères à se débarrasser de l’excès de chaleur, mais ils sont très mauvais à stocker la chaleur. Les chiens sont tout le contraire – très mauvais à se débarrasser de la chaleur, mais experts à la stocker. Le point d’équilibre entre conserver/perdre de la chaleur pour un humain est une température ambiante de 21C (selon la taille et la forme bien sûr), et pour les chiens de traîneau c’est de15 Celsius.

Un regard sur le graphique montre à nouveau que les petits chiens ont moins de problèmes de stockages de chaleur que les grands. Il est sans doute significatif que les chiens de course de traîneau aient un poids d’au plus 50 livres, juste à la ligne de séparation où la capacité de stockage de chaleur commence à augmenter considérablement avec une taille croissante.

Les grands chiens ont proportionnellement un plus grand volume cellulaire et proportionnellement moins de surface pour irradier la chaleur. Le halètement refroidit les poumons et le cerveau, mais le seul endroit de sudation pour le chien, est les coussinets de ses pieds. Les coussinets évidemment n’ont pas assez de surface pour évacuer l’excédent de chaleur. Les chiens éliminent l’excès de chaleur par la surface de la peau comme un radiateur. Ils dilatent les veines et artères sous la peau. Le sang chaud est exposé à cette partie du corps plus fraîche, qui évacue la chaleur du corps. Bien sûr, la surface est couverte de fourrure, ce qui rend plus difficile à l’évacuation de la chaleur. Et plus le chien est grand, plus le problème est grand.

En tant que « musher », je ne voudrais pas faire courir les chiens si la température ambiante est supérieure à 10 degrés Celsius, parce que les chiens seraient en danger.

Parce que l’on est jamais trop prudent.

On me dira que les chiens ont besoin de bouger, de libérer leurs énergies sinon ils risquent d’être détestables. Ce qui est tout a fait juste. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a une autre activité payante en terme de dépense d’énergie et qui prend pas mal moins de temps.

Tout espèce canine à besoin d’avoir accès quotidiennement aux activités suivantes: alimentaire, masticatoire, vocale, jeux, d’interaction, locomotion, stimulation cognitive. Sinon, on peut s’attendre à des problèmes. La durée de ces besoins activités est très variable d’une espèce à l’autre, d’un individu à l’autre. Mais dans tous les cas, la stimulation cognitive, soit le fait d’apprendre, de résoudre un problème, de suivre une piste, ect, est très intéressante en terme de dépense d’énergie. C’est de l’ordre de 1 pour 10 par rapport aux autres activités. Oui oui!

Alors nous occupons nos chiens à apprendre des comportements tels que: viens, reste assis, jee-haw, etc., pour leur faire dépenser de l’énergie et à la fois pour faciliter nos interactions avec eux. Bien sûr nous ne sommes pas exemptés de leur permettre de bouger et tout le reste.

Ainsi nos chiens ont dépensé leurs énergies sans qu’aucun chien ne soit en danger de coup de chaleur. Ils apprennent des comportements qui facilite nos interactions. Ils sont calmes et relaxes et ne passent pas la journée à tout détruire et creuser en jusqu’en chine.

Est-ce que ça prend du temps? Bien sûr. Mais pas tant si on tient compte du ratio 1:10 de l’activité cognitive vs les autres activités et la capacité de concertation du chien qui se situe entre 5 et 15 minutes selon le chien.

Pour avoir une relation saine, au bénéfice de tous, avec des chiens ou avec des gens, il faut s’investir. Il n’y a pas de baguette magique.

Pour apprendre plus sur les chiens et notre travail d’éducation, participez à nos ateliers.

Crédit graphique:

Ray & Lorna Coppinger
Dogs, A New Understanding Of Canine, Behaviour and Evolution
The University Of Chicago Press 2001

Adaptation et traduction libre

Les chiens et les chaînes (encore).