Bien sûr le cardio, la musculation, mais aussi le comportement.

En traîneau à chiens, les départs sont souvent cacophoniques, sa saute, sa hure, ça crient, l’adrénaline est au rendez-vous. Souvent on entend dire: tu vois, les chiens en veulent, ils aiment ça, ils ont hâte de partir. Certains considèrent que ça fait partie du spectacle!

Quand est-il vraiment?

J’ai remarqué que pour la plus par des chiens que j’ai (ils viennent tous d’ailleurs), la période de l’attelage représente une source de stress. Je m’en rends compte entre autres parce qu’une fois attelés, souvent ils n’acceptent plus les friandises, certains ont des tremblements. Bref, rien avoir avec un chien juste excité à l’idée d’un jeu. C’est comme si il nous disent « aller qu’on parte ou plus vite, je suis pas bien ici. »

Moi je n’apprécie pas particulièrement de me faire crier dans les oreilles lors de l’attelage. Le stress des chiens finit par me stresser, et mon stress les stresse aussi… De plus je trouve que toute cette effervescence est une perte d’énergie inutile que je préfère garder pour la balade.

Je n’aime pas être stressé, je n’aime pas que les chiens soient stressés, on n’arrête pas de dire que tout doit ce faire dans le jeu, la bonne humeur… Alors?

Alors voici la routine que l’on applique et qui avec de la patience, de la constance et des répétitions donne des résultats assez satisfaisants, mais beaucoup de travail reste à faire. En fait, y arrive ton vraiment jamais? Chacun à son historique, son humeur, etc.

Quoi qu’il en soit, voici notre routine:
On sort un à un les chiens dans le parc à chien, donc dans un environnement contrôlé. Ainsi, il peuvent évacuer le trop-plein d’énergie, ça fais réagir tout le chenil, mais ça prends quelques minutes et tout redeviens assez calme. Ça leur permet aussi de s’échauffer avant l’effort et de faire ce que les chiens font, sentir, jouer, etc.. On peut voir comment ils interagissent entre eux, voir de quelle humeur ils sont. S’il y a des tensions, on y voit.

Un à un on met les harnais, avec des friandises, comme ça le harnais est associé à quelque chose de positif. Et on les laisse continuer à être des chiens, l’excitation continue de descendre peu à peu.

Un à un on fait un peut de TTouch, ça permet, à la longue de ramener le chien dans son corps, dans ses pattes, dans sa tête.

En suite on démarre le VTT pour ne pas qu’ils associent VTT = départ.

Un à un on les attèle. On ignore les comportements indésirables, ont récompense dès qu’ils sont calmes. Encore du TTouch. Quand il est calme, on ajoute un 2e, etc.

On va ouvrir les portes, on continue de donner des friandises (on veut qu’ils finissent par se dire, c’est l’fun, quand je suis atteler et calme, il y’a des bombons qui apparaissent!) de s’assurer que tous soient calme, le plus silencieux possible. Et hop, on s’élance!