L’entrainement d’automne au traineau à chiens

Ça y est c’est reparti!

En fait, pas exactement, la température n’est pas encore au rendez-vous pour l’entrainement d’automne au traineau à chiens. Pas grave, de toute façon il y’a plein d’aspects que nous aimons travailler avant de reprendre le collier.

Chez Manitou nous aimons le calme, et n’apprécions pas tant la surexcitation et la cacophonie des départs. Nous évoluons avec le public et nous aimons que les gens puissent mettre les harnais et approcher les chiens au traineau sans que les chiens soient déplacés au collier sur deux pattes ou que les gens se fassent « snapper » par un chien surexcité.

Nous avons observé que trop d’excitation augmente la probabilité d’ « accrochage » entre les chiens, donc augmente les risques blessures. L’adrénaline n’a pas que des effets positifs. Le rythme cardiaque augmente inutilement, la respiration devient rapide et saccadée, l’oxygénation est donc réduite, on perd l’ « attention » du chien, et une grande quantité d’énergie dont on aura bien besoin et qui nous coute quand même cher est ainsi perdue.

De plus, il est facile et surtout inutile de ressentir ce stress, cette adrénaline d’un chenil qui hurlent durant les préparatifs de départ. Quand on est stressé, la probabilité de précipiter nos gestes augmente, de même qu’il y a plus de chance d’oublier quelque chose ou de faire des erreurs. Ça veut dire plus de chance de blessures, pour les chiens les passagers, nos collègues ou pour nous même. Ça veut dire aussi plus de chance de bris de matériel. Et, inévitablement, tout ça à des conséquences en terme de temps ou d’argent et surtout pour l’expérience client en ce qui nous concerne.

Alors la stratégie est simple, diminuer l’adrénaline, augmenter les endorphines.

Comment?

L’entrainement d’automne au traineau à chiens est tout à fais indiquer pour fair ça.

Tout d’abord tout vient de soi. Si je veux du clame, je dois projeter du calme. Si je ne suis pas calme, je laisse tomber et me reprends à un autre moment.

Ensuite, avant de commencer l’attelage, nous évacuons le surplus d’excitation du matin des chiens par une période de jeux, de la stimulation cognitive et du TTouch. Nous avons alors déjà des chiens plu dans leurs pattes et attentif à nous.

Bien sur, c’est plan de match qui s’étends sur un cycle annuel mais il y’a quand même plusieurs mois on nous ne sommes pas sortie attelés en groupe.

Pour un certain temps, nous allons simuler des départs sans même « décollé » pour mettre en place et les habitudes que nous voulons réintégrer, ou qui se sonnt égaré au fil de l’été. Ainsi nous chorégraphons les gestes de l’attelage et allons répéter ces gestes jusqu’à ce qu’ils soient intégré par tous. Les chiens plus « nerveux » seront introduit doucement et suivrons un protocole spécifique.

Les mammifères sont des être d’habitudes, nous cherchons ainsi à créer une routine positive pour avoir des chiens calmes, détendu mais aussi enjoué et prêt à aller courir.

Quand tout le monde sera calme, la récompense sera de partir!

S’ensuivra des sorties qui augmenterons graduellement et en douceur en terme de distances, de poids pour arriver à la fois en pleine forme et frais et dispo pour la saison de glisse.

Est-ce que les chiens perdront leur « stamina » leur « will to go »? Je n’ai pas à ce jour mesurer la variable temps/distance. Je suis assez certain que la « performance » repose sur la qualité de l’entrainement en cardio et musculation, le « millage » accumulé, la qualité de la nutrition et l’hydratation et ainsi que la « ethnique de nutrition. Mais il serais intéressant d’essayer de suivre cette variable cette année.

Toutefois nous obtenons de bon résultats dans les autres variables de performances : notre taux de blessures est minime, le poids des chiens est stables, l’humeur général demeurent enjoué tout au long de la saison, pas de déshydratation, de belles selles. Le rythme des randonnées demeurent tonique.

Ça prends plus de temps, certes. Mais nous évaluons que ne pas prendre ce temps à ce moment nous causera bien plus de soucis à long terme.

Surtout, ce temps donne un sens à ce que nous faisons avec les chiens. Ça contribue à créer des liens puissants, une confiance réciproque unique. C’est là, à mon sens, le vrai contact nature du traîneau à chiens.

Si vous souhaitez approfondir ou en apprendre plus, voyez notre formation au traîneau à chiens.

Que font les chiens de traîneau hors saison?